Bonjour,

Aujourd'hui, une nouvelle paire de chaussures avec, une fois n'est pas coutume, un making-of !

Cependant, mon but n'est pas de réinventer la roue, puisqu'on trouve de nombreux tutos sur le net à ce sujet ; j'en profite pour saluer le travail pointilleux effectué par Berhthramm sur le forum des GMA, très riche en enseignements. Merci à lui !

Je me suis inspiré de deux modèle XIIème des fouilles d'York, détaillés sur le livre Shoes and Pattens.
J'ai pris pour base la Fig 13 et utilisé le système de fermeture de la Fig 15-L.


Pour commencer, tracez le contour de votre pied (en charge, ie debout). Prévoyez ensuite une petite marge de sécurité autour, tracez et découpez le patron de votre future semelle.
IMG_0003


Reportez sur votre cuir (pour la semelle, il vaut mieux prévoir un minimum de 4-5 mm d'épaisseur) et découpez proprement. Ne vous trompez pas : c'est bien le côté fleur du cuir qui sera en contact avec le sol !
Tracez un liséré à environ 5mm du bord et creusez le légèrement : c'est dans cette rigole que viendront se loger les points de couture : autant épargner vos orteils de frottements qui les feraient ressembler à une barquette de fraises en fin de journée...
IMG_0004


Percez ensuite à 45° vos points de couture à l'alêne : elle doit ressortir juste à la limite de la fleur, comme sur la photo.
IMG_0006

Le net regorgeant de tutos sur la fabrication de patrons pour l'empeigne de la chaussures, vous trouverez facilement comment faire.
J'ai personnellement utilisé la technique vieille chaussette + cellophane + scotch marron : une fois le pied bien emballé, il n'y a plus qu'à découper à ras de la semelle et mettre à plat.
Prévoyez tout de même quelques marges et menus ajustement, et hop...


C'est parti pour la couture de l'empeigne ; en points de sellier à 2 aiguilles, évidemment.
J'utilise un fil tressé synthétique poissé qui est imputrescible, et bien plus résistant que le lin poissé classique.
IMG_0008


Une fois la couture terminée, voici le résultat. Il y a encore pas mal de chemin à faire, car je sens qu'arrive le moment le plus pénible !!
IMG_0009


Eh oui, la chaussure est en cousu-retourné, il va donc falloir s'y coller. Si vous avez des enfants, il est temps de les éloigner, car vous verrez qu'il est assez inconcevable de proférer autant de jurons en si peu de temps (et je rejoins Berhthramm dans cette analyse).

Mouillez votre cuir en l'immergeant dans de l'eau froide - à vrai dire, le cuir ne craint pas tant l'eau que la chaleur - et profitez en pour le masser un peu. Une fois trempé (pas DEtrempé) procédez au retournement.
Vous pouvez vous aider d'un objet comme un manche à balai, un étui de cigare cubain ou un témoin de relais 4x100m... Laissez libre cours à votre imagination... Mais gare au coutures qui vont être fortement sollicitées.

Ensuite, bourrez de sopalin ou de papier journal (attention à l'encre) en recréant la forme voulue. Laissez sécher à l'air libre le temps qu'il faudra en changeant le papier si besoin ; 24 heures me semblent un minimum. Pas sur le radiateur !
IMG_0010


Après séchage, on peut s'atteler à l'ajustement puis à la couture des 2 parties supérieures avec la languette.
Pour un résultat 100% histo, il aurait fallu coudre en bord à bord, c'est à dire que l'alêne ressort par la tranche du cuir, et le point est donc théoriquement invisible. Sur ce cuir de 2mm, cela me semblait trop risqué, j'ai donc joué la sécurité avec une nouvelle couture au point de sellier.
IMG_0011


Une fois les chaussures ajustées, on fignole, on fait des lacets, quelques fentes, et on crée les tunnels latéraux.
IMG_0012

Détail des tunnels : c'est une simple languette passée alternativement dans les fentes, avec une base élargie pour la caler.
IMG_0014

On démonte tout quand le résultat semble approprié, on nourrit (l'huile d'olive fait très bien l'affaire d'après ce que j'en ai lu)

Et voilà, sous vos yeux ébahis, le résultat final.
La photo ne leur rend pas hommage puisque ce orange fait un peu Casimir. En réalité, elles sont plus marron qu'orange !
IMG_0015

Et pour ne rien gâcher, elles sont particulièrement confortables.

Au final, je ne sais pas exactement le temps qu'a duré la confection. Mais je pense qu'une fois les bons réflexes pris, cela peut aller relativement vite.

A plus tard !
Peavey